Episode 36 : Entre deux montages de BILLY

Épisode 36, pour la deuxième fois seulement en un an, l’équipe d’After Hate enregistre du même endroit. Pas de duplex, pas de décalage horaire. Du coup, on a répondu à vos questions posées sur notre compte twitter. Le son n’est pas optimum, on s’en excuse et tout reviendra à la normale au prochain épisode.

Les actus : On est dans la même pièce, youhou ! On a regardé des comédies françaises et d’autres films. C’était cool.

La discussion : Des questions en vrac concernant tout, ce sont les vôtres. C’est votre FAQ. On parle de beaucoup de choses, comics, films, jeux vidéo, #TeamChiens ou #TeamChats, écoutez donc.

Nos recommandations (1:04:30) :
Kwyxz : Le jeu de plateau « Secret Hitler »
Daniel : le comics Captain America: Steve Rogers

Bonne écoute !
Et désolé pour le son,
Bonus: Puyo acheteur de programmes japonais.

Facebook
Twitter:
After Hate
Daniel
Kwyxz

 

2 Replies to “Episode 36 : Entre deux montages de BILLY”

  1. Hey merci pour cet AH bourré de recos 🙂
    Kamui toi qui a des origines russes, as-tu déjà lu du Volodine ?
    Excellent auteur russophile selon moi.
    Bonne continuation !

  2. Sympathique épisode, je suis toujours surpris par la capacité des gens à poser des questions intéressantes alors que je ne trouve jamais rien de pertinent à demander.

    Daniel: Pour les histoires de langues, tu approches du concept d’intercompréhension. Pour faire simple c’est la capacité à comprendre une langue étrangère par analogie avec les langues que l’on connaît. C’est un phénomène qui marche bien avec les langues indo-européennes qui partagent des racines communes. Quelqu’un qui maitrise bien le français aura une compréhension aisée de l’italien, surtout à l’écrit, et ce sans l’avoir appris. Toi qui maîtrise le russe et un peu de polonais, écoute du tchèque par exemple, tu devrais reconnaître des bouts.

    Donc théoriquement, on peut même dire que plus tu connais de langues, plus la suivante est « facile » à apprendre. Bien sûr certaines langues ne sont pas de la même famille et plus les langues sont « éloignées » plus la zone d’intercompréhension est mince (français et japonais par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *